Le site pour les passionnés de train et de modélisme

Fiche conseil n°3 - Comment faire ? Les patines Modelmates

(Extrait du Loco Revue N°765 Avril 2011)

Les encres Modelmates, une patine facile et rapide.

À Loco-Revue, nous aimons vous présenter de bons produits, et les encres de patine Modelmates, disponibles en flacons ou en aérosols, en font sans aucun doute partie. Et comme nous souhaitons vous faciliter la vie, non contents de vous expliquer comment les utiliser, nous les avons mises en vente dans notre boutique LR Modélisme!

 

Modelmates en détail

Huit teintes sont disponibles (les “+” indiquent les teintes de base conseilléees) :

  • Mud brown (boue) +
  • Moss green (vert mousse)
  • Rusty red (rouille) +
  • Slate grey (gris ardoise)
  • Light grey (gris clair)
  • Soot black (noir sale) +
  • Oil brown (brun huile) +
  • Sand brown (sable brun) 

 

 

La patine du matériel roulant est particulièrement rapide et aisée avec les encres Modemates. 

 

Découvertes à la grande Foire de Nuremberg en 2010 au cours d’une démonstration convaincante de patine appliquée au matériel roulant, les encres Modelmates nous étaient apparues comme une sorte de produit miracle. Nous brûlions d’impatience d’en acquérir et de les employer, une rare distribution en France nous a incités à vous les proposer enfin depuis peu par le biais de la boutique LR Modélisme. 

Les encres Modelmates sont aussi disponibles en aérosol (photo François Fontana). 

 

De quoi s’agit-il ?

Les flacons et aérosols Modelmates contiennent des encres de couleur destinées à la patine. Ce sont bien des encres, non des peintures, c’est-à-dire que, dans une solution alcoolique, des pigments très fins sont en suspension, en relativement faible concentration. Cela implique que ces encres sont translucides, donc non couvrantes. On peut par exemple les diluer à l’alcool à brûler. Après séchage, autrement dit évaporation de l’alcool, les pigments peuvent être décollés à l’eau. La patine est donc réversible.

 

Huit coloris d’encres sont proposés. 

 

Sur quelles surfaces ?

La patine peut être rediluée à l’eau après séchage, mais, évidemment, puisqu’il s’agit de pigments microscopiques, ceux-ci peuvent rester prisonniers des micropores d’un support rugueux. Concrètement, la patine accroche bien sur un support satiné ou mieux, mat (surface peinte d’un matériel roulant, par exemple). Elle est réversible, c’est-à-dire qu’il est possible de nettoyer complètement un support bien lisse en cas d’erreur. En revanche, elle n’est pas adaptée à des supports poreux (carton, papier, bois...) où l’encre se comporte comme n’importe quelle peinture acrylique diluée. On le sait, le châssis ou la caisse d’un wagon ne sont jamais complètement lisses et il est envisageable de laisser déposer la patine dans les creux, de la même manière qu’en réalité, la graisse et la poussière ne subsistent que dans les creux, les parties saillantes soumises au vent et à la pluie étant plus facilement nettoyées. Signalons enfin que ces encres étant translucides, elles font merveille sur des supports clairs, mais ne sont guère visibles sur les surfaces mates noires ou foncées: châssis de wagons anciens, toitures, locomotives à vapeur...

 

Un nuancier en papier blanc permet de mieux évaluer les teintes. 

 

Comment utiliser ces encres ?

Quelle que soit la couleur utilisée, le principe d’application de la patine est identique: on commence par appliquer le produit sur la surface à traiter (pulvérisation dans le cas de l’utilisation de l’aérosol, ou application au pinceau si l’on utilise les encres en flacon), puis on redilue les pigments après séchage du solvant, soit pour mieux les répartir, soit pour les étaler, soit pour nettoyer certaines parties saillantes.
Pour ce nettoyage, on peut utiliser un pinceau à poils fins, légèrement humide, un chiffon non pelucheux humecté, ou des coton-tiges plus ou moins imbibés. Il est difficile de donner des consignes précises, car l’effet obtenu dépend du degré d’humidification du matériel de nettoyage. Un pinceau très mouillé rediluera presque complètement la patine appliquée, tandis qu’il est possible de contrôler plus finement la teinte de chaque zone en utilisant un coton-tige.

 

Sur ce céréalier REE, un badigeon d’encre “oil brown” est une première étape. N’ayons aucune crainte, les auréoles disparaîtront. 

 

Un coton-tige humecté permet de nettoyer les surfaces. 

 

Quelques touches de “rusty red” sur le châssis améliorent son réalisme. 

 

Pour le choix des teintes, il est tout à fait possible d’obtenir des résultats très réalistes en se limitant à un assortiment de quatre teintes. Une application généreuse de “mud brown” sur les parties basses des caisses imite bien le voile de poussière, tandis que les organes du châssis reçoivent un voile de “oil black”. Quelques touches de “rusty red” sur les sabots de frein et ressorts de suspension améliorent leur aspect, et le “soot black” reproduit bien des coulures de produits gras comme le gazole par exemple...

 

Le “mud brown” convient bien pour patiner ce couvert blanc (réfrigérant L.S.Models). L’encre est essuyée en surface en utilisant un tissu humide. 


Il convient de procéder à des essais, sans aucune appréhension, les patines pouvant facilement être nettoyées et atténuées ou au contraire renforcées par actions successives...
Les encres Modelmates offrent aux plus timides d’entre nous la possibilité de se lancer sans risque dans la patine de leur matériel adoré. Pour l’amateur chevronné, par leur qualité et le réalisme des coloris, ces encres sont une alternative plus qu’intéressante aux méthodes habituelles faisant appel à l’aérographe, aux peintures à l’huile ou aux terres à décor...

 

C’est au tour de ce fourgon Standard L.S.Models de recevoir une patine. Un badigeon de “oil black” est essuyé à l’aide d’un coton-tige légèrement humide. 

 Des traces de “sand brown” conviennent bien pour améliorer le réalisme de la toiture. 

 

Le “soot black” convient par exemple pour figurer les traces de gazole sous les orifices de remplissage des locomotives diesel.