Steam Power - bilingue francais / anglais

Steam Power - bilingue francais / anglais

Référence : POWER
Fidèle à l'argentique, au noir et blanc, et à son Hasselblad 6x6 manuel, Pietro Pietromarchi nous livre au format carré, sans recadrage ni retouche, des images intemporelles où des locomotives fulminantes surgissent comme des créatures fantastiques, dans d'ahurissants paysages. 
35.00
Il reste 8 articles en stock
En achetant ce produit vous cumulez 35 points fidélité
De l'Erythrée au Sri Lanka, des Carpates à la Patagonie ou au Zimbabwe, et jusqu'aux confins du désert de Gobi, le photographe italien Pietro Pietromarchi a parcouru le monde pour saisir les derniers souffles d'une espèce en voie d'extinction : celle des trains à vapeur. Fidèle à l'argentique, au noir et blanc, et à son Hasselblad 6x6 manuel, il nous livre au format carré, sans recadrage ni retouche, des images intemporelles où des locomotives fulminantes surgissent comme des créatures fantastiques, dans d'ahurissants paysages. 
À l'occasion de la parution de son livre Steam Power (Editions Lienart), préfacé par la journaliste et critique d'art Bénédicte Philippe, la galerie Minsky organise une exposition éponyme regroupant une sélection de ses meilleurs clichés. 

Pietro Pietromarchi poursuit une émotion. Celle de l'enfant de cinq ans qui, se promenant avec sa mère dans les Dolomites, entend résonner la sonnerie du passage à niveau et voit jaillir de la forêt « une bête écumante qui hurle à travers les sapins » et dont le chauffeur lui fait, au passage, un salut de la main. À l'âge de neuf ans, lorsqu'on lui offre un Instamatic Kodak, il retourne sur les lieux pour tenter d'immortaliser la scène : c'est sa première photographie. Cette image, prise en 1974, fait partie de la centaine de clichés reproduits dans le livre Steam Power. Tous les autres proviennent de séries réalisées entre 2014 et 2019. 

Pietro Pietromarchi vient d'une famille d'esthètes où tout le monde pratique une discipline artistique, activité qui reste le plus souvent cantonnée au domaine privé. Sans jamais se départir de sa double passion pour les trains et pour la photographie, il a ainsi embrassé une carrière d'architecte dont ses images, impeccablement structurées, portent fortement la trace.   


À la confluence de l'art et du documentaire 
C'est un sentiment d'urgence qui a transformé peu à peu ce qu'il pensait n'être qu'un violon d'Ingres en un projet à la confluence entre l'art et le documentaire :  
« J'ai pris conscience de la disparition imminente des trains à vapeur et j'ai alors consacré tout mon temps libre à aller les photographier, dans des lieux souvent improbables et difficilement accessibles », explique-t-il.
Il commence à exposer ses images en 1999, en Italie. Repéré par la galeriste parisienne Arlette Souhami (galerie Minsky) - qui l'expose en 2013 et en 2015 - encouragé par le photographe et peintre américain Richard Overstreet, il poursuit sa démarche avec toujours plus de résolution.  

Une vision romantique du dépassement 
Puriste, Pietro Pietromarchi ne travaille qu'en argentique, avec un appareil photo dont tous les réglages doivent être effectués manuellement : « Pour lui, écrit Bénédicte Philippe, ce mode manuel, comme celui du développement artisanal des tirages, colle, au plus près de l'âme de l'âge d'or de la vapeur : la quête par l'effort, l'acharnement. Une certaine vision romantique du dépassement. Qu'il s'agisse d'attendre des heures l'évanouissement d'un bouquet de nuages, une pluie d'étincelles au cœur de la nuit. Et le miracle se produit. Souvent. Sans recadrage au final ni retouche. En dépit des accidents de parcours, des interdits, des intempéries, de la casse du matériel. » De multiples déconvenues que Pietro Pietromarchi relate dans Steam Power, au fil de captivants récits qui accompagnent ses images, et qu'il a écrit à partir de ses carnets de voyage (avec l'aide de Bénédicte Philippe pour la version française).  

Fin de l'histoire 
« Les locomotives à vapeur sont comme des êtres vivants. Il faut environ 8 heures pour les mettre en route et il n'y en a pas une pareille, chacune à sa personnalité, tous les cheminots vous le diront », souligne Pietro Pietromarchi, avant d'égrener un à un les noms de celles dont il a appris l'arrêt définitif après les avoir immortalisées. Leur panache de vapeur s'évanouit mais il a accompli son projet. Avec ses images aux infinies nuances de gris, qui magnifient ces titans de métal et les hommes qui les servent, il a splendidement rendu hommage à la "bête hurlante" qu'il a vu passer dans son enfance et au chauffeur amical qui l'a salué.
L'artiste, qui a définitivement renoncé à sa carrière d'architecte, poursuit néanmoins sa quête, tout en se consacrant à une autre passion : la photographie de montagne.    


Infos
La Galerie Minsky exposera du 2 décembre 2021 au 15 janvier 2022 une sélection des meilleures photographies du livre Steam Power, tirées par Diamantino Quintas.
Tirages argentiques sur papier baryté, limités entre 8 et 15 exemplaires suivant les formats.
Éditeur Lienart
Hauteur 27 cm
Largeur 26 cm
Année de parution 2021
Auteur(s) B.Philippe et P. Pietromarchi
Langue Français - Anglais
Nombre de pages 168 pages
Les Avis

Notre service client accorde une importance particulière aux retours de nos clients

Livraisons

Forfait d'expédition unique à 6,90 € pour la France !

Pour la France métropolitaine, les frais de port sont de 6,90 € et pour l'étranger de 10,20€ à 17,40€ en fonction du pays de destination. Les frais de port comprennent une participation aux frais de préparation et d'emballage + les coûts d'affranchissement. Ils sont forfaitaires, composés d'une partie fixe et d'une partie variable en fonction du nombre d'articles commandés. Seuls, la zone géographique et le mode d'expédition choisis par vous-même en font varier le montant. Pensez à regrouper tous vos articles sur une seule commande. Nous ne pourrons regrouper deux commandes distinctes et les frais de port vous seront facturés pour chacune d'elles.

Forfait Presse pour les magazines !

Pour la France métropolitaine, les frais de port sont de 0,90 € par magazines si votre commande ne contient ques des magazines ou hors-séries.

Le transport de votre colis

Les colis sont généralement expédiés en 48h à 72h après réception de votre paiement, en fonction des jours ouvrés. Le mode d'expédition standard est le Colissimo suivi, remis sans signature. Si vous souhaitez une remise avec signature, un coût supplémentaire s'applique, merci de nous contacter. Quel que soit le mode d'expédition choisi, nous vous fournirons dès que possible un lien qui vous permettra de suivre en ligne la livraison de votre colis.

Les frais d'expédition comprennent l'emballage, la manutention et les frais postaux. Ils peuvent contenir une partie fixe et une partie variable en fonction du prix ou du poids de votre commande. Nous vous conseillons de regrouper vos achats en une unique commande. Nous ne pouvons pas grouper deux commandes distinctes et vous devrez vous acquitter des frais de port pour chacune d'entre elles. Votre colis est expédié à vos propres risques, un soin particulier est apporté au colis contenant des produits fragiles.

Les colis sont surdimensionnés et protégés.